SerMon Village accueil
zones inondables
pourquoi l'association
relation_mairie
clin d'oeil
ZAC : presse 10 2010
ZAC: presse 01 2011
ZAC : presse 06 2011
ZAC : presse 02 2013
ZAC ; presse 12 2013
ZAC presse 03-2014
ZAC presse 03-2014
Unes de mars 2014
L'association
Les statuts
Le bureau
nous contacter
historique post-2006
historique 2006
apres_2009
historique: le début
pourquoi l'association

Au tout début...

L'Association a tout de suite accepté le projet de construction des logements pour répondre à l'accroissement de la population de notre région. Sa demande était que ce soit fait de façon raisonnable en terme de densité, de collectifs, de maisons en bande et en respectant les habitations existantes. Mordelles est une commune rurale et doit le rester, c'est ce qui en fait son charme et son attrait.


De 2006 à 2009, l'association a été très active, multipliant les courriers au Maire, les diffusions d'informations dans les boites aux lettres des Mordelais, les réunions publiques, les pétitions, les entretiens avec les élus et les architectes. La Préfecture même a été interpelée plusieurs fois. Sans oublier une participation énergique à toutes les enquêtes d'utilité publique faites sur le sujet (dossier de création de la ZAC, PLU, etc...).


Après toutes ces actions, le projet définitif, voté par le Conseil municipal, a permis d'entériner un certain nombre d'avancées dont les principales sont:


- la non intégration du nord de la route de Rennes dans le projet

- une zone urbanisable limitée à 40 ha

- la limitation de la hauteur des collectifs à 2 étages (+ combles ou attiques)

- le respect des hameaux qui restent (relativement) éloignés des collectifs les plus hauts

- La limitation à 1 étage (plus attique) pour les collectifs bordant la route de Rennes

- le respect des zones humides et des "couloirs verts"


soit, en chiffres (informations fournies lors d'une réunion du Comité consultatif sur l'urbanisme) les nombres de logements suivants:

- Collectifs : 476 (50%)

- semi collectifs : 189 (20%)

- maisons en bande : 138 (14%)

- lots libres : 147 (16%)

- TOTAL : 950


Remarque : Nous avons appelé "semi-collectifs" ce que la Mairie appelle "logements intermédiaires": ce sont des appartements dans un immeuble mais avec entrées extérieures séparées. Qu'on le veuille ou non, c'est bien du collectif.


Ce que nous regrettons:


- de ne pas avoir été consultés en amont de tout le projet, avant l'intervention des architectes-urbanistes.

-d'avoir été censurés du bulletin municipal et du Forum des Associations dès 2007, cette décision du Maire ne nous permettant plus d'informer les mordelais.

- de ne pas avoir obtenu de diminuer la densité qui est importante (25 logements à l'Ha): nous avions demandé pas plus de 700 logements (20 log/Ha), mais le Maire a refusé de négocier ce point.

- de ne pas avoir obtenu plus de "lots libres", la majorité des futurs habitants a été prévue dans les collectifs, les semi-collectifs et les maisons en bande (soit 85%).

- de ne pas avoir obtenu le strict respect de la loi SRU sur les logements aidés (mixité sociale), ce qui aurait permis une meilleure intégration des populations concernées.

- la pression constante de Rennes-Métropole sur les communes.

- le non respect de la flore et de la faune des lieux (inventaires succincts voire inexistants)

- les 3 rond-points sur 600m le long de la route de Rennes avec blocage de la circulation créé par les arrêts de bus en pleine voie.

- la place "compliquée" au milieu du Barreau Est (Place Madec)

- la requalification du barreau Est qui restera une voie à grande circulation et scindera la ZAC en deux, impliquant des problèmes majeurs de sécurité.

- les immeubles sur le côté sud de la Route de Rennes

Respecter Mordelles et les Mordelais.


Garantir notre environnement.


Evoluer harmonieusement

(plan cliquable)

SerMon Village
Association citoyenne et apolitique

2007-2009

 2006

et depuis...

Au tout début

La génèse

REMARQUE : les informations fournies dans ces pages "Historique" donnent des faits qui se sont passés avec la Municipalité en fonction jusqu'en mars 2014